Pages

9 oct. 2013

France : les armes, les guerres et les pétrodollars

Les ingérences dans les affaires intérieures de Syrie n’ont pas de limites.

L’occident et quelques pays arabes continuent à grands efforts leur travail de sape pour faire échouer une quelconque initiative pour solutionner la crise, en Syrie, de manière pacifique, par le dialogue et la diplomatie.




Une nouvelle fois, la France et l’Arabie Saoudite se sont accordées pour livrer des armes aux militants takfiris soutenus depuis l’étranger et qui opèrent en Syrie.

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a assuré que la France maintient toujours sa position sur la situation contre la Syrie.

Le Drian a formulé ces déclarations le lundi après avoir rencontré des fonctionnaires saoudiens dans la ville portuaire saoudienne de Djedda.

"Paris et Ryad sont tombés d’accord pour soutenir (l’auto-dénommée) Coalition Nationale pour les Forces de l’Opposition et de la Révolution Syrienne (CNFORS) et l’Armée Libre Syrienne (ALS), autant sur le plan militaire qu’au niveau humanitaire et politique", a ainsi affirmé Le Drian. 

[…] 

Au sujet de l’accord entre la Russie et les USA, de convoquer une seconde conférence internationale –Genève II- afin de tenter de mettre fin à la crise en Syrie, Le Drian a soutenu que Paris "espère que la Conférence de Genève réussira, puisque elle écarte une solution militaire". 

De son côté, le ministre russe des relations extérieures, Sergei Lavrov, a annoncé lundi que Moscou et Washington s’était entendus pour organiser la rencontre de la Conférence Genève II pour mi-novembre 2013.
"Nous sommes parvenus à un consensus sur les mesures nécessaires que doivent adopter autant le Gouvernement syrien que l’opposition, pour participer à la Conférence" a déclaré Lavrov. 

Le ministre français a réalisé une visite de trois jours en Arabie Saoudite dans le but de signer des accords militaires lucratifs avec ce pays arabe, riche en pétrole.

De plus, Le Drian a fait référence à un contrat militaire d’une valeur de 1,77 milliards de dollars entre les deux pays. Selon des sources saoudiennes, dans le cadre de ce contrat qui est entré en vigueur le 7 octobre, il y a le renouvellement de deux navires ravitailleurs et de quatre frégates saoudiennes au service de l’Armée saoudienne depuis 1980. 

De même, la France a signé un autre contrat de 2,72 milliards de dollars, dans lequel elle s’engage à moderniser la force militaire aérienne saoudienne.
tr.Jilata